Sculpture : Julien Allègre

Sculpture : Julien Allègre

Julien vit dans le nord du Vaucluse. D’origine arlésienne, les vestiges de l’Empire Romain ont eu une aura particulière dans la construction mentale de l’artiste. Les voyages et les rencontres génèrent en lui l’envie de se réaliser. En 2001, l’explosion des deux tours et le décès d’un proche déclenchent dans son esprit la nécessité de parler autrement. Alors, ses mains répandent le langage qui le caractérise.

Il s’imprègne de tout ce qu’il vit. De ses itinéraires, il extrait l’ingénieux recyclage dont font preuve les Sénégalais. Au Maroc, le martelage du cuivre ou du laiton évoque en lui son passé de musicien.

Les événements tragiques, engendrés par les civilisations, bouleversent Julien. Il extirpe l’amoncellement d’informations qui le submerge, ses figurations restituent aux regards des autres l’émotion brute d’une réalité tortueuse.

Julien incorpore une multitude de symboles dans ses productions ; la récupération de bidons ayant acheminé le sang des entrailles de la Terre jusqu’à notre société de consommation n’est pas un hasard.

Le physique de l’artiste est mis à rude épreuve. Un combat avec la tôle prend place. Des coups de marteau sont assénés. Un corps à corps qui tord et fait plier la matière.

Protégé par un masque, Julien poursuit l’assemblage dans la fusion. Le feu jaillit, fondant ses humeurs dans le métal. La patine est obtenue sous l’action du climat ou de l’acide qui érode la pièce.

En 2008, Julien sculpte un Chinois par mois ; petit homme trapu au corps jaune et à la tête rouge. Une installation composée de douze statuettes qui accentuent la perception de profusion. Peut-être veut-il attirer notre attention sur la répression de la Chine au Tibet et l’autocratie d’un pouvoir imposant la pensée unique. Pourtant, chaque pièce est singulière, l’allégorie de l’émergence d’un peuple. Chacun peut entrevoir sa propre imagination dans ces œuvres.

Le succès oblige Julien à réaliser des séries en bronze. (Une série comprend douze reproductions numérotées de 1 à 12 pour une seule pièce).

Cet alliage fascine Julien depuis son enfance. L’intervention du cuivre et de l’étain permet d’exposer en plusieurs lieux et de conserver l’original. Pour un sculpteur, c’est souvent l’ultime étape vers l’immortalité.

Les années faisant, le travail de Julien évolue. Il s’efforce d’aller à l’essentiel, épurer, estomper les éléments de représentation, tout en gardant l’indispensable.

Dans les sculptures « Latitudes » ou « Vague à l’âme », on distingue une embarcation rudimentaire qui évoque les drames de l’immigration et les tragédies de Lampedusa.

Julien persévère, une disqueuse dans la tête et un chalumeau à la main. La liberté semble être le seul compromis qu’il accepte.

 
Vous pouvez découvrir les créations de Julien dans les galeries suivantes :
Galerie Patrice Peltier, 35 rue Guénégaud 75006 Paris, France
Galerie 22, route de Gordes 84220 Coustellet, France
Galerie du Cardo, 27 rue Henri IV 51100 Reims, France
Galerie Au-delà des apparences, 15 rue Filaterie 74000 Annecy, France
Galerie P13, Pfaffengasse 69117 Heidelberg, Allemagne
 
Hervé Dols : herve.dols@oeilpaca.fr

L’œil paca.fr votre magazine web gratuit – Rédaction : redaction@oeilpaca.fr – Mémoires images L’œil Paca.fr B.P Mairie 13150 Tarascon cedex

 

Liens concernant l’artiste Julien Allègre

► Biographie
► Expositions
► Sculptures
► Vidéos

 

Art Connect – 15 Rue Sainte Barbe 84560 Ménerbes – France

 

Say Something

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *